Lampes de poche et accessoires lumineux.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 discutions autour des modules p60

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Quatzieu
Torche Multi-LEDs


Messages : 427
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Sam 4 Jan - 13:35

Bonjour,

En réponse à tes interrogations :
piero a écrit:
Ensuite sur leur fonctionnement et de manière général celui d'une lampe: Quels sont les composants d'une lampe et a quoi servent ils: dans le désordre: leds (différents types etc), MPCB, c'est quoi, comment ça marche, circuit de régul, refroidissement, scotch et autres. Les interrupteurs forward, etc.

Je vais tenter de te répondre de manière synthétique et exhaustive.
On distinguera 3 éléments constitutifs d’une lampe.

  • La section émission photonique
  • La section énergie
  • La section régulation.


La section émission photonique :

    Elle se décompose, elle-même en sous-groupe dont un seul est obligatoire (Tu devineras lequel  )

    1. Un émetteur de photons (Led ou ampoule à incandescence, HID, émetteur laser, …..)
    2. Une optique pouvant être composée d’un réflecteur et/ou de lentilles
    3. Facultativement, d’un élément chargé de dissiper les calories générées par l’émetteur et nuisible à celui-ci.



La section énergie :

  • Composé d’un (ou plusieurs) générateur(s), usuellement,  électrique(s)

      Ces générateurs peuvent être de diverses natures ( chimique réversible ou non, électromécanique + condensateur(s), … etc)


  • du couplage (branchement) de ces derniers
  • De leur(s) conteneur(s)


La section régulation.

    Cette section est chargée d’adapter la source énergétique, électrique dans son immense majorité, à l’alimentation nécessitée par l’émetteur de manière simpliste (un fil) ou complexe.


- Elle peut comporter des dispositifs simples :  électro mécanique ou électronique, intégré ou déporté, de mise sous tension du module émetteur et/ou régulation.
- Elle peut également intégrer des éléments régulateur de puissance lumineuse :  ordinairement désigné sous le vocable de mode.

Cette section est chargée d’optimiser le rendement et/ou la valeur du flux lumineux de l’émetteur, suivant un cahier des charges répondant à des besoins comme le cout, l’autonomie, la miniaturisation, la portabilité,…. Etc.

Dans le registre qui nous occupe plus particulièrement, cette section devient complexe : les tensions (en Volts) et  intensités (en Ampères) délivrées par le générateur électrique ne s’accommodant pas, ou très mal, avec les besoins d’alimentation de(s) l’émetteur(s) lumineux.

    On pourrait utiliser un dispositif électromécanique comme un transformateur/ballast, mais celui-ci présente nombre d’inconvénients.



On préfère recourir à l’électronique, beaucoup plus performante et d’un cout de plus en plus contenu, produit massivement, aujourd’hui, dans le monde.

Ces dispositifs électroniques sont rassemblés sous un vocable usuel de "alimentation à découpage", ils travaillent sur un principe de commutation (comprendre, vulgairement parlant, un interrupteur ou un fonctionnement ON/Off, tout ou rien)

Il en existe de plusieurs sortes, fonctionnent sous divers principes et ayant, bien évidemment, divers rendement/couts.

    Je citerais :  les alimentation Buck, Boost, Buck-boost, Flyback, Half-Forward, Forward, Push-Pull, Half Bridge, Full-bridge, Résonnant sur zero de tension, Ćuk, Pompe de charge inversée (Ćuk modifiè), Sepic, Pompe de charge, et ce que j’oublie.

Les rendements sont généralement acceptable (supérieur à 75 %) et parfois, exceptionnel (99% pour les pompes de charge).
Je ne vais pas rentrer dans le descriptif de ces différents principe :  cela n’a pas vraiment d’intérêt.


Par contre, je vais essayer de détailler un dispositif que j’affectionne et que je connais particulièrement bien.
Le PWM (ou modulation par largeur d’impulsion)


    A partir de celui-ci, on, je pense, comprendras celui de tous les autres et, d’autre part, comprendras les interconnexions entre ces montages et ceux nécessité par l’alimentation d’une source lumineuse et  les sujétions intéressant nos lampes de poches (modulation de puissance).



  1. Au départ, nous avons un courant continu et, dans le cas ou celui-ci serait alternatif, on le redressera, sans autre forme de procès.

      Nous sommes donc en présence d’une différence de tension constante.

L’intensité (ou débit électrique, en ampères), étant dépendante de celle pouvant être fournie par le générateur électrique et celle encore acceptable par l’ensemble des autres dispositifs (émetteur lumineux ET circuit de régulation).

    Si nous devions visualiser le signal, nous aurions une image tel que : ============Ou le tracé inférieur correspondrait à la masse (fixé par convention à 0 Volts)Et ou le tracé du haut correspondrait à la tension nominale (nominal = moyenne) que nous dénommerons V+.




  • Une horloge, ou assimilé, cadence un certain laps/intervalle de temps ou génère des TOP,  de l’ordre de 20.000 fois par seconde à des milliards de fois (Disons de 10.000 – 15.000 Hz à 10-15 GHz)
    On recherchera la fréquence la plus élevée possible dans une contrainte de cout acceptable.

    Ce top servira à cadencer les opérations effectuées sur le courant électrique comme un chef d’orchestre donne le tempo à ses musiciens.


Je ne vais pas trop développer la suite, et simplement, pour faciliter la compréhension de la chose, me réduire à un exemple.
De là, il sera facile d’extrapoler, les divers possibilités sous-jacentes.

Imaginons que nous ayons un accumulateur délivrant 4 Volts et pouvant fournir 1.5 ampères.
La LED de notre lampe de poche demande elle, 2 volts nominal (moyen) et 3 ampères nominal (moyenne).
L’association de ces deux éléments vous paraitra impossible sans destruction de la LED (et un rude échauffement de l’accumulateur !)

C’est là qu’entre en fonction notre système PWM.

Constituer par une puce électronique, faible cout (typiquement un Texas TL494), il va découper le courant tous les, par exemple, 10 TOP.
Nous aurons donc un signal visualisable de la forme -_-_-_-_-_-_-_-_
Chaque intervalle ayant valeur de 10 TOP.

Ce courant va alimenter un condensateur.

  • Le condensateur, très facultatif dans le dispositif PWM, est une idée de mon invention, nécessaire dans mon explication), il est introduit DANS mon dispositif PWM.



Un condensateur a pour caractéristique de monter en tension très rapidement et de se vider, en tension, graduellement.
Il se charge en courant graduellement et peut se décharger très rapidement.

Si je connecte ma LED à mon condensateur et que j’alimente celui-ci par mon circuit PWM et l’accus.

    Je vous rappelle que nous sommes en présence d’un accumulateur délivrant 4 Volts, pouvant fournir 1.5 ampères et d’une LED demandant elle, 2 volts nominal (moyen) et 3 ampères nominal (moyenne), que va-t-il se passer ?


Le circuit PWM va commuter 10 TOP sous 4 Volts et 1,5 ampères au condensateur.
La tension va se porter sur le condensateur tandis que celle de la Led sera de 0 Volts : mon circuit PWM bloquant son alimentation.

Durant ce temps, le débit électrique sera de 1.5 ampères :  intensité limite pouvant être délivré par l’accus, celle de la led sera de 0 A.

La tension suit la charge (le débit électrique) de mon condensateur, comme un réservoir d’eau clos, un réservoir d’air comprimé suit par sa pression, son remplissage, mais sur une progression qui n’est pas linéaire !

    De sorte que lorsque le condensateur se trouve complétement plein, la tension se trouve alors, seulement, à son maximum.


Dans notre cas, on ne va pas attendre le remplissage complet, on va couper le remplissage à la moitié.

    A ce moment, mon condensateur isolé de tout circuit, le remplissage étant interrompu et la led pas encore connectée (commuté), le condensateur se trouve avoir emmagasiné, environs 1,5 ampères / 10 TOP et sous une tension de 2 volts (Il est un peu plus qu’à moitié plein !)


Lorsque je commute la Led, celle-ci absorbe l’intensité emmagasinée par le condensateur, sous une tension de 2 volts.

    Comme l’intensité est délivrée très rapidement par le condensateur, la Led reçoit bien les 3 ampères nécessaires (Disons que le tuyau de sortie de mon réservoir d’eau ou d’air comprimé est nettement plus gros que le tuyau qui l’alimente.)

La led alors émet des photons :  elle éclaire.

Puis le condensateur se vide et la led s’éteint.

Et le cycle recommence.



Seulement, j’ai donné comme valeur de départ 10 TOP, pourquoi 10 ?

Et si je n’en avais donné qu1 seul, de sorte que le condensateur se charge sous 1 TOP et que la led soit toujours alimenté que sur 10 TOP.


    Qu’elle incidence cela aurait-il ?


Bien, déjà, la consommation électrique serait diminuée de 10 : le branchement de l’accumulateur se faisant 10 fois moins longtemps.

Et la puissance lumineuse ?

Et bien, elle serait, également 10 fois moins grande : la tension électrique moyenne à laquelle serait soumise la LED étant, également, 10 fois moins grande, tout en étant toujours alimenté sous 3 ampères, mais pendant 10 fois moins de temps.



Si je suis en présence de bons composants, la fréquence de mes TOP sera grande, de sorte qu’à aucun moment mon œil qui a un temps de latence de 1/10ème de seconde ne ressentira un clignotement.

Si de plus, je suis malin, ma led pourra être boosté au-delà de ses 6 watts de puissance (6 Watts = 2 Volts x 3 ampères), car ma led, dans le cas présent, ne dissipe qu’une puissance moyenne (sur 1 seconde, par exemple) de 3 Watts, pour une puissance lumineuse émise équivalente à une dissipation de 6 Watts …

Dans tous les cas, le rendement (rapport entre la puissance lumineuse et la puissance électrique recue) sera, par calcul, optimum.

PS :   On peut aller encore plus loin =>  (Voir dans le forum, j’en ai déjà parlé)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SavageBeast
Le Grand Lumineux
avatar

Messages : 1344
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 52
Localisation : Bordurie Orientale - Gagaouzie - Poldèvie - Transnistrie - Chorizie

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Sam 4 Jan - 15:32

Merci Quatziue ! Comme d'hab, exceptionnel, limpide et clair pour les béotiens comme moi !  cyclops 

Za pluche ! Urgh !   

_________________
никто кроме нас !
"Un bon mort-vivant est un mort-vivant mort ! Enfin, faut plus qu'il bouge quoi, comment vous expliquer..."

Règle 1 : Jamais de noms.
Règle 2 : Ne jamais changer le deal.
Règle 3 : Ne jamais ouvrir le colis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loupiotesaddict.pro-forums.fr
Quatzieu
Torche Multi-LEDs


Messages : 427
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Sam 4 Jan - 20:50

SavageBeast a écrit:
MComme d'hab, exceptionnel,  
 Laughing - Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes 

    Le  clown te salue bien, ainsi que les nombreux amis, visibles ou invisibles (Wink ) , que j'ai sur le forum.

    Excellente année à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piero
"Alone in the dark..."


Messages : 23
Date d'inscription : 01/01/2014

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Sam 4 Jan - 23:17

Merci quatzieu, sacré réponse, en particulier pour la partie régulation!
Si certaines personnes peuvent continuer les explications ça serait TOP  Very Happy  et je m'occuperais de faire la secrétaire pour compiler tout ça!

Il y a juste une chose qui m'échappe un petit peu: y a t'il une différence de luminosité perçue par l’œil (théoriquement, je ne sais pas si ce qui suit est possible en pratique) entre une led qui envoie constamment 100 lumens et une led qui envoie ces 100 lumens une fois sur deux à une fréquence très élevée?


Un immense merci en tout cas, un peu difficile pour moi qui n'y connais vraiment pas grand chose en élec, mais c'est bien vulgarisé  Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quatzieu
Torche Multi-LEDs


Messages : 427
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Dim 5 Jan - 9:03

piero a écrit:
Il y a juste une chose qui m'échappe un petit peu: y a t'il une différence de luminosité perçue par l’œil (théoriquement, je ne sais pas si ce qui suit est possible en pratique) entre une led qui envoie constamment 100 lumens et une led qui envoie ces 100 lumens une fois sur deux à une fréquence très élevée? 

Il n'y a aucune différence perceptible par l'oeil humain.

Bien sur, si la fréquence de travail du découpage est basse, il n'est pas impossible qu'un scintillement apparaisse, cela d'autant plus que la tempo lumineuse est courte /tempo repos longue.


J'ai publiè, sur le forum, pas mal de post touchant à l'alimentation des LEDs et des électroniques gérant leurs alimentations.

http://loupiotesaddict.pro-forums.fr/t681-premiers-pas-des-bidules-bleu-circulant-dans-les-precieux
http://loupiotesaddict.pro-forums.fr/t1085-explication-generale
Etc.

Leur lecture, mise bout à bout, peut paraitre un peu décousue, mais si tu suis bien tu comprendras cette gestion et cela t'expliquera comment on fait pour d'une led vendue pour émettre 300 lm, passer à une lampe torche émettant 1.000 lm.

De même, j'ai publiè des articles sur l'incidence des caratéristiques de la led (géométrie, efficasité, rendement, ...) et les caractéristiques qui en découlent mise en oeuvre dans une "loupiote"  Wink


Tiens, un petit extrait d'une de mes publications (C'est plus ardu  Wink  )

Citation :
taratata a écrit:
pour préciser, le concepteur admet que les 500 lumens ne tiennent pas plus de 8 minutes avec un 10440 et 200 lumens pendant 18 minutes avec un accu NiMh...
C'est exactement ce que j'espérais.

Si j'ai bien compris, la limitation, en puissance, viendrait du Imax des accus :  Il faudra de bons accus capable de débiter ce courant.
Cela ne vient pas de l'électronique ni de l'émetteur (led)

500 lumens pendant 8 minutes, c'est presque trop bien ... et si on utilise le mode strobo, je pense que l'on peut faire durer la chose, encore plus longtemps.

Ce qui m'aurait plu, c'est de jeter un œil aux "aires de sécurité"


    J'explique :Nota : l'explication suivante n'est pas valable pour tous les modules de LED, mais valable pour toutes les LEDs seul (isolés de leur circuit)

    • Une diode (Les leds sont des diodes), admettent un courant continu nominal :  Elles tiennent donc ce courant, sans surchauffe, presque indéfiniment.
    • Une diode accepte, également, un courant max, pendant un certain laps de temps : c'est le courant crête.

    Normalement ces valeurs apparaissent dans leurs caractéristiques, avec, parfois, l'évolution courant nom / courant crête, en fonction du temps :  c'est les aires de sécurité.A l'étude de ces diagrammes, on peut faire fonctionner une led de 1 w (en nominal), à une puissance de 10 w en crête.Si la puissance lumineuse était, en nominal, de 1 w = 130 lm (C'est le rendement), on obtiendrait théoriquement une émission de 1.300 lm en x10 la puissance.Ce dernier chiffre est théorique, dans la réalité, le rendement décroit, mais on devrait tout de même obtenir dans les 600 - 800 lm (pour une led de 1 w).

      Nulle part, je n'ai lu une pareille approche ….

    Vous allez me dire : mais comment faire travaillez une led à son courant crête ?C'est là qu'intervient le découpage :

      On va allumer / éteindre l'alimentation de la led sur la base d'une certaine fréquence (supérieure à 10 fois par seconde, pour ne pas percevoir de scintillement.), de sorte que nous nous retrouvions devant devant une succession de flash suffisamment rapide pour ne pas être décelable à l'œil.

    Cela est très usité, par le biais de la PWM.Nos torches sont très souvent utilisé en PWM (découpage).Ce qui me plairait, c'est d'avoir quelques données sur la gestion de la pwm, à puissance maxi, rapporté à une led donnée et à ses aires de sécurité.Pour la petite histoire :

      Dans mon boulot passé, j'ai beaucoup travaillé sur des micro-moteurs électriques et leurs gestions.Ces moteurs 0,8 cm de diamètre et 3 cm de long, délivraient une centaine de watt, sur une plage variable de vitesse 0- 26.000 trs/mn, 0 – 40.000 trs/mn, ….. xxx – 750.000 trs/mn, le tout à couple constant.On avait recours à deux (2) µP, cadencés à 12 MHz pour leur gestion (Volume réduit à une taille intermédiaire entre une boite d'allumette grosse ou petite)On retrouve ces moteurs dans le domaine médical (neurologie) et sur d'autres matériels (commande de vol électrique => Rafale, Airbus, missiles divers, radar)

    Nos leds n'en sont pas très éloigné ….Comme ces moteurs, les leds peuvent être largement survoltés (Nulle part on ne parle de survoltage des LEDs), ce qui importe dans la commande d'un moteur, ou d'une LED, c'est l'intensité qui les traversent :  elle doit être contenu dans l'enveloppe de sécurité.Il ya aucune contre indication à faire travailler une led, d'une tension nominale de 4 volts et d'une intensité nominale de 1,4 A, sous une tension (j'exagère) de 100 volts et sous un courant de 10 ampères.La seul variable qui diffère est le temps : dans un cas, il s'agit d'une période continue, dans l'autre, celui de la µ-seconde…Retour début de mon propos :La  restriction à ce mode de gestion vient de la forme commercialisée de la led.

      - Certaine led (Le chips) sont commercialisée complétement nue :  On a donc toute latitude pour les gérer comme on le souhaite. Inconvéniants : sa manipulation.- D'autre le sont, déjà monté sur un substrat, avec plus ou moins incorporé des driver/sécurité(s), en ce cas, ces leds sont limités en courant et on ne peut exploiter, pleinement, les avantages de la PWM.




Dernière édition par Quatzieu le Dim 5 Jan - 10:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quatzieu
Torche Multi-LEDs


Messages : 427
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Dim 5 Jan - 10:03



Encore une chose très intéressante (Publié par Tally-ho).

Si tu analyse ce tableau, tu te rends compte que pour une intensité (courant, vulgairement parlant), de 1 ampère, tu as une émission lumineuse de 300 lm.
Si tu envoies le double d'intensité, tu n'as pas une émission lumineuse doublée, mais 450 lm.
Tu n’as donc que 50 % de lumière en supplément pour une puissance électrique doublée.

La puissance est doublée, parce que la tension n'a pas changée et que l'intensité est double => (P = UI)

Dans ce cas, l'électronique enverras (en un temps T, si on veut tout optimiser), 1 ampère x X volts, sur le mode 50 % (ou 30 %), de sorte que l'énergie consommée soit mini.
En effet, si tu envoies 2 ampère x X volts, sur le mode 100 % (ou 50 %), tu puises le double d'énergie sur l'accu, pour un gain lumineux de seulement 50 %.

Cela s'explique par le rendement de la LED : elle est moins efficace (elle convertit moins bien l'électricité en lumière), pour les fortes intensités que pour les faibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titane2carbone
Grand Illuminati
avatar

Messages : 2580
Date d'inscription : 12/06/2010
Localisation : sud est

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Jeu 30 Jan - 10:02

temps pluvieux : la bricole continue !  Laughing 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quatzieu
Torche Multi-LEDs


Messages : 427
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Jeu 30 Jan - 14:13

T2C, il n'y aurait pas un fabricant de dissipateur en argent, plutôt qu'en cuivre ?

Le cuivre est un très bon conducteur thermique, mais l'argent lui est un peu supérieur.



Dans tes tribulations de "bidouilleurs"*, la soudure d'une fine semelle, en argent, avec une soudure Ag (très souvent de très bonne qualité), sur un socle Cu, devrait améliorer la dissipation et mieux la répartir sur les contacts (interface).

Une attention particulière serait requise pour la soudure du sandwich Ag/Cu, il faudrait le joint le plus mince possible (Pour ne pas introduire de résistance thermique pernicieuse).
Pour ce faire, le four électrique de madame, surtout s'il possède une option "pyrolyse" serait un atout.
Il te faudrait une soudure CMS (colloïdale de flux de soudure et de particules métalliques Ag majoritaire), ou, simplement, de la soudure en rouleau avec flux incorporé dans les 5 canaux (La bonne soudure comporte 5 canaux), à défaut, soudure Ag et graisse décapante « Hampton ».
Les surfaces de contact devront être traitée, appariée et rodée (Dentifrice, puis Mirror), afin d’avoir une planéité et une rugosité optimum (planéité +/1,5 µm et Ra 0,3 µm)
NB : Le Ra 0,3 µm correspond à un aspect satiné, juste avant le poli miroir.

Tu mettras un poids, ou effectuera une compression de ton joint lors de la mise en température.
Sitôt la température de fusion de la soudure (A voir, mais usuellement 300 – 400°), tu coupes ton four à la prise secteur, puis tu laisses refroidir tranquillement.
Normalement, quelques heures plus tard, au retranchement et le four remis en position normal, la porte devrait se déverrouiller (A vérifier avant tout essai !)

Je pense (enfin, j’en suis quasi certain Wink ), on devrait de la sorte améliorer la dissipation thermique de la puce de quelques dizaines de degré.
(La semelle d’argent pompant/aspirant plus les calories que le cuivre.

Facteur de Lorentz à 100°C
Bismuth 3,35
Fer 2,88
Plomb 2,53
Argent 2,38
OR 2,36
Cuivre 2,29
Aluminium 2,19

Conductibilité thermique :
Champion toute catégorie : le diamant
Argent : 418
Cuivre : 390
Or : 317
Aluminium (pureté de 99,9 %) : 237
Al-SiC : 150-200 (C’est la céramique qui constitue la matière des isolateurs électronique)
Fonte : 100
Fer : 80
Étain : 66,6
Titane : 20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titane2carbone
Grand Illuminati
avatar

Messages : 2580
Date d'inscription : 12/06/2010
Localisation : sud est

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Jeu 30 Jan - 15:10

hélas si c'était du cuivre ça serait déjà pas si mal... c'est du laiton !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb13
Et la Lumière fût !
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Jeu 30 Jan - 17:11

Tiens j'ai commandé le même genre de chose, hâte de faire mon premier  bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titane2carbone
Grand Illuminati
avatar

Messages : 2580
Date d'inscription : 12/06/2010
Localisation : sud est

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Jeu 30 Jan - 17:25

cool !
tu verras c'est un peu laborieux au début, mais on arrive à faire des trucs pas mal assez vite !

je suis en train de terminer un xm-l neutral pour ma dereelight dbs avec la nouvelle régul Q-lite de chez outdoor store (3Amps)
le module stock dereelight est très bon, mais je voulais un module qui tourne sur un seul 18650.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quatzieu
Torche Multi-LEDs


Messages : 427
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Jeu 30 Jan - 21:03

titane2carbone a écrit:
hélas si c'était du cuivre ça serait déjà pas si mal... c'est du laiton !
Et dire que je n'ai pas oser mettre les caractéristiques du Laiton .....................................

Il faut dire que les dites, caractéristiques, sont ..., hum, hum, .........osons............................................. : déploraBLE !


Bref, il y aurait déjà beaucoup à gagner avec du cuivre .....
Il faut garder à l'esprit que le métal doit être pur, pour le cuivre, c'est la qualité "électrolytique" qui convient.


Je n’ai pas les moyens, actuellement, de te tourner un rond de cuivre, mais je pense qu’en faisant appel au forum, cela devrait se trouver :  la pièce n’a pas besoin d’une géométrie de précision.
    Il n’y a que la surface de contact de la LED qui doit être de bonne qualité (planéité), mais cela s’obtient facilement avec un morceau de glace (vitre épaisse + 4 mm d’épaisseur) en dessinant des 8 (le chiffre) et en tournant d’heure en heure autour du centre de la glace.
    L’abrasif peut être de l’Ajax (La poudre à récurer, puis du souffre et en terminant avec les abrasifs précités (en rodage, c’est mieux)

PS :  Dans ce dernier post, je suis un peu technique, notre ami n’est plus un bricolo du Dimanche, je donne donc tous les éléments à considérer.

PS : la conductibilité thermique, en W/m.K du laiton est de,

  • Ag :  420
  • Cu :  401
  • Al :  237
  • Laiton (alliage) :  150
  • Fe :  80
  • Ti :  20


Autrement dit, en comparant un substrat Cu avec un substrat Laiton, on devrait obtenir un rendement (=> donc autonomie - puissance lumineuse - température de couleur (Hi-Cri and Co), ...), plus avantageuse pour le cuivre de 267 %
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb13
Et la Lumière fût !
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Mar 4 Fév - 17:15

C'est pour bientôt, un premier module avec une nichia 219!
J'ai juste peur de la soudure sur le driver, c'est tout petit... Je crois que je vais attendre une panne plus fine pour mon fer sinon ça va être un massacre :/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titane2carbone
Grand Illuminati
avatar

Messages : 2580
Date d'inscription : 12/06/2010
Localisation : sud est

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Mar 4 Fév - 17:22

Excellent le p60 pour commencer a bricoler...

Ce sont des réguls a 3,04 amps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb13
Et la Lumière fût !
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Mar 4 Fév - 17:34

Oui j'ai pris deux KD 8x7135 avec deux Nichia CRI92 sur un site.
Et deux AMC7135*8 avec deux XM-L2 T6 4C sur un autre site (qui ne sont pas encore arrivés).

Et j'ai vu qu'avec ces mêmes dimension de driver et de led je peux faire une edc avec un host Convoy S2, je sens que ça va vite venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titane2carbone
Grand Illuminati
avatar

Messages : 2580
Date d'inscription : 12/06/2010
Localisation : sud est

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Mar 4 Fév - 17:37

Ok, excellent setup !
Les xml 4c ont une super teinte, tu seras pas déçu.

Faudra enlever quelques AMC pour la nichia sinon tu vas la rôtir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb13
Et la Lumière fût !
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Mar 4 Fév - 17:43

Tu dépasses mon seuil de connaissances là ^^
Que font ces fameux AMC et pourquoi faut-il en enlever pour elles?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titane2carbone
Grand Illuminati
avatar

Messages : 2580
Date d'inscription : 12/06/2010
Localisation : sud est

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Mar 4 Fév - 18:32

Sur ton driver tu vois 8 petits "transistors" (ce sont les fameux amc7135, des circuits intégrés de régulation de courant) montés en parallèle et un microprocesseur (qui gère les modes). 
Chacun de ces CI débite 350mA ou 380mA pour les plus récents (c'est imprimé sur le boitier du CI) à ta led. 

Si tu en enlève un tu diminue le courant de 350mA, si tu en rajoute un tu augmente le courant de 350mA

Pour les xm-l tu peux laisser les 8, ça reste dans les specs constructeur, mais pour la nichia c'est 1,5A. max constructeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb13
Et la Lumière fût !
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Mar 4 Fév - 18:42

Merci, c'est on ne peut plus clair  Smile 
Je pense qu'avec une fine lame ils vont bien sauter, leur petites papates sont pas costaudes!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titane2carbone
Grand Illuminati
avatar

Messages : 2580
Date d'inscription : 12/06/2010
Localisation : sud est

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Mar 4 Fév - 19:17

Decapeur thermique ou petit fer a souder... easy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quatzieu
Torche Multi-LEDs


Messages : 427
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Mar 4 Fév - 20:17

Si cela t'intéresse, tu as le Data ici :
http://pdf1.alldatasheet.com/datasheet-pdf/view/202788/ADDTEK/AMC7135.html

Le amc7135, est un régulateur (monté, dans le boitier, en régulateur de courant), il comporte une référence (interne) de tension par diode "effet Tunnel" (Enfin, je pense), et permet une faible perte de tension.
Dans ce cas, c'est 0,2 Volts contre 3 Volts pour un régulateur ordinaire

PS : La pince coupante, cela fonctionne, également Wink
    Mais bon, une petite panne fine, bien étamée, une paire de précelle, en y allant délicatement pour ne pas stresser les piste du PCB.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb13
Et la Lumière fût !
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Mar 4 Fév - 20:39

Merci pour vos conseils et informations Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb13
Et la Lumière fût !
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Mer 12 Fév - 6:07

Je m'y suis attelé hier soir. Ce fut bien plus laborieux que je ne le pensais, je dois être une buse en soudure... Déjà je ne suis pas vraiment arrivé à souder les fils sur le driver donc je me suis rabattu sur un driver où les fils étaient déjà soudés.
Puis après pour fixer le driver au drop-in j'ai vraiment eu du mal. Je l'ai finalement collé à la colle thermique sinon ma soudure ne tenait pas. Est-ce la bonne méthode?

Après 1h30 la lumière fut!

Module XM-L2 T6 4C avec driver AMC7135*8 :







Comparé à un module Solarforce XM-L2 U2 :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titane2carbone
Grand Illuminati
avatar

Messages : 2580
Date d'inscription : 12/06/2010
Localisation : sud est

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Mer 12 Fév - 7:49

bravo c'est un bon début !

pour souder les fils sur le driver, c'est normalement très facile avec une panne fine.

là ou ça devient un peu plus corsé c'est pour souder les fils sur le pcb de la led, une fois qu'elle est collée au pill : la chaleur est évacuée suffisamment rapidement pour que la soudure ne tienne pas et c'est encore plus délicat avec un pcb en cuivre style noctigon.

-là il te faut un fer plus puissant, mais tu peux ruser en montant le pill en température avec un décapeur avant de faire ta soudure.


la soudure du driver dans le pill pose également le même problème : chaleur dissipée trop vite et soudure qui tient pas.

-le collage à la pâte thermique est une bonne idée : ça participe en plus a dissiper les calories du driver mais il faut quand même prévoir une bonne connexion physique à la masse.

le type de soudure utilisé peut également conditionner le succès de ton montage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb13
Et la Lumière fût !
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   Mer 12 Fév - 8:09

Pour souder les fils du fais comment? Parce que j'ai une panne fine mais j'ai quand même du mal. Tu mets l'étain sur le fil avant puis après tu chauffe une fois sur le driver?

Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: discutions autour des modules p60   

Revenir en haut Aller en bas
 
discutions autour des modules p60
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» discutions autour des modules p60
» maison paille autour de Toulouse
» REBOUCHER AUTOUR DE MA CLAIRE 10
» Largeur de la plage autour de celine 09
» Laine de roche autour des racines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LoupiotesAddict :: Loupiotes :: Amoureux de la technique-
Sauter vers: