Lampes de poche et accessoires lumineux.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vaccin h1n1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cooper
Li-Io Vs. NiMh !
avatar

Messages : 674
Date d'inscription : 16/07/2010

MessageSujet: Vaccin h1n1   Ven 23 Déc - 14:57

Voici ce que j'ai reçu avec ma nouvelle carte de mutuelle :



C'est pas grave quand certaines Ministres se permettent de commander en quantités pharamineuses, les autres paieront !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quatzieu
Torche Multi-LEDs


Messages : 427
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Vaccin h1n1   Ven 23 Déc - 20:45

Cooper a écrit:
C'est pas grave quand certaines Ministres se permettent de commander en quantités pharamineuses, les autres paieront !
Je ne sais pas ce que cela couvre :
- L'amortissement de l'ancien vaccin (H1N1 de Bachelot)
ou
- le nouveau vaccin.

Parce que le virus H1N1 a évolué (Comme tous les virus), il diffère suffisamment pour que l'ancien vaccin devienne inefficace, et suffisamment pour contaminer, directement, l'Homme.

Citation :
À l’échelle mondiale, cela représente 567 cas humains signalés de grippe H5N1. Avec 333 cas mortels, le taux de létalité s’élève à 59 %. Pour en savoir plus, consultez le tableau récapitulatif pays par pays, des cas de grippe aviaire dans le monde.
La menace est, toujours sérieuse, encore plusieurs cas mortel de signalé dont :
- Aujourd'hui, en Égypte, un nouveau cas humain a été signalé à l’OMS (DCD au bout de 4 jours).
- Le 15 décembre (ministère de la Santé égyptien). Une femme et sa fille avaient développé les symptômes grippaux. La mère, enceinte de 24 semaines, est décédée. L’état de santé de l’enfant reste stable.
- fin du mois de novembre, (OMS) signalait deux nouveaux cas mortels en Indonésie : une fillette de 5 ans et son frère de 10 ans.

http://www.who.int/influenza/human_animal_interface/EN_GIP_20111010CumulativeNumberH5N1cases.pdf

Les oiseaux migrateurs sont passés, le temps était alors clément, les conditions pour que le virus prospère, en milieu humain, ne se sont pas présentées.



Je suis très critique envers nos gouvernements, mais en ce qui concerne les actions mise en œuvre pour le contrecarrer, "on" a pris des mesures que l'on pourrait juger "suffisantes".
Entendons-nous :
Il y avait 2 sortes de vaccins :
- une, avec une seule et unique injection.
- une autre, comportant 2 injections à quinze jours d'intervalle.

En cas de pandémie, notre stock se serait révéler très insuffisant.

Il n'y a eu, ni pandémie, ni épidémie : l'alerte (sérieuse) a donc été sans objet, et les mesures prises, l'auront été, apparemment, en pure perte.

De plus, le gros du vaccin a été fourni par une boite française (Sanofi et plus précisément Institut Pasteur Production), le débours a donc été limité (L'argent n'ayant pas quitté la France) et, cela aura eu, au moins, le mérite de roder une production de masse à l'échelle planétaire.

Financièrement, cela pourrait se solder par une perte, dans la pratique, je ne pense pas que la perte soit si importante.

Il est bon, je pense, de rappeler que la précédente épidémie de grippe analogue (La grippe dite "Espagnole"), a fait plus de morts que la première guerre mondiale.



Cela dit, la politique gouvernementale, en matière de Sécurité Sociale, est vers une privatisation.

D'ailleurs, il y a quelques années, un changement dans l’intitulé vous est, peut-être, passé inaperçu.
Anciennement, on parlait de la "Sécurité Sociale", le nom a été changé pour rajouté "Assurance".

Dès lors, la cotisation prélevé sur vos salaire n'est plus devenu obligatoire : Vous pouvez, très bien, en demander le versement, au même titre qu'un salaire.
La seule chose que l'on soit en mesure de vous demander, c'est l'attribution et la quittance de cette part faite à une assurance privée.

Il n'y a pas eu beaucoup de personnes qui ont eu ce réflexe : cela s'étant soldé par beaucoup d'inertie venant des différents protagonistes (employeurs, caisse de sécurité sociale, gouvernements, Justice, ...), pourtant certains l'ont fait.

La loi promulguant cette liberté, a été faite dans le dessein de privatiser ces assurances (Maladie et autres), encore fallait-il que cela se fit sans heurts, sans mouvements de masse : C'est ce qui se met en place, doucement.


De même, on pourrait discuter de l'augmentation des taxes, sur les mutuelles, visant à renflouer une Sécu qui rembourse de moins en moins .....
Les mutuelles ont été créés pour subvenir aux carences de paiements de la Sécu, les voilà qui sont mises à profit pour, en plus, subvenir aux déficits chroniques de l'institution ....
NB : Jamais on a parlé de l'incroyable source financière pour nos gouvernants qu'a été l'excédent, pendant des années, des caisses de retraite (Toutes les personnes, jadis, ne profitant pas de celles-ci), aujourd'hui, la tendance s'inverse .......





Dernière édition par Quatzieu le Ven 23 Déc - 21:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quatzieu
Torche Multi-LEDs


Messages : 427
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Vaccin h1n1   Ven 23 Déc - 21:04

Nous sommes aux frontière de la Politique, c'est vrai.

C'est, pourtant, très informatif et cela date du 27/04/2005 !!

    « L'ordonnance n° 2001-350 du 19 avril 2001, parue au Journal officiel du 22 avril 2001, a abrogé le monopole de la Sécurité sociale. Les Français peuvent désormais s'assurer librement pour la maladie, la retraite, le chômage auprès d'une société d'assurances, une institution de prévoyance ou une mutuelle. C'est la plus grande révolution qu'ait connue la France depuis un demi-siècle.

    En droit, ce monopole était abrogé depuis 1992. A cette date en effet ont paru deux directives européennes qui instituaient la liberté de l'assurance.
    D'effet direct, ces textes étaient aussitôt applicables. Pour la bonne règle, les Etats devaient toutefois les transposer dans leur droit national avant le 1er juillet 1994. Avec un peu de retard, la France en transposa la partie qui concernait les sociétés d'assurances et les institutions de prévoyance. Restait tout ce qui avait trait aux mutuelles.
    [...]
    Il est en effet écrit noir sur blanc dans ces textes que les organismes gérant des régimes de sécurité sociale ne peuvent en aucune manière contraindre les affiliés à payer leurs cotisations. Mieux : alors que jusqu'à présent ces derniers étaient menacées de contraintes et de sanctions financières (et même de prison pour ceux qui incitaient les assurés sociaux à ne pas cotiser aux caisses monopolistiques), le nouveau code réserve de lourdes sanctions pénales aux administrateurs des caisses qui ne respecteraient pas les nouvelles dispositions légales. Quant aux assujettis, ils sont devenus...des assurés.[...] »
    L'abrogation du monopole de la Sécurité sociale met l'employeur face à de nouvelles obligations.

    Il doit informer les salariés qu'il emploie de la nouvelle donne sociale.

    Le salarié a le choix entre trois solutions :

    - Il peut demander à rester assuré pour la maladie à la Sécurité sociale : dans ce cas rien ne change pour lui par rapport à la situation antérieure.
    - Il peut choisir de s'assurer pour son propre compte auprès d'une société d'assurance ou une mutuelle. Dans ce cas l'employeur devra cesser de prélever sur son salaire la part salariale de la cotisation d'assurance maladie, la CSG et la CRDS et ajouter à son salaire la part patronale de la cotisation d'assurance maladie.
    - Il peut choisir d'adhérer au contrat maladie d'entreprise éventuellement souscrit par l'employeur auprès d'une société d'assurance, une mutuelle ou une institution de prévoyance. Dans ce cas, l'employeur devra cesser de prélever sur son salaire la part salariale de la cotisation d'assurance maladie, la CSG et la CRDS et ajouter à son salaire la part patronale de la cotisation d'assurance maladie, mais prélèvera sur son salaire le montant de la cotisation au contrat maladie d'entreprise.
    L'employeur ne peut contraindre le salarié à adhérer au contrat maladie d'entreprise.

    Quitter la Sécurité Sociale quand on est salarié :

    Il convient d'aviser l'employeur par lettre recommandée avec avis de réception qu'on a l'intention de contracter une assurance maladie auprès d'une société privée et qu'en conséquence il sera tenu :

    - de ne plus prélever sur votre salaire la CSG, la CRDS et la part salariale de la cotisation d'assurance maladie de la Sécurité sociale ;
    - d'ajouter à votre salaire la part patronale de la cotisation d'assurance maladie de la Sécurité sociale.
    Vous indiquerez également à l'employeur que vous désirez rester affilié à la Sécurité sociale pour l'assurance indemnités journalières (inutile pour les fonctionnaires).

    C'est à l'employeur qu'il appartiendra d'aviser l'URSSAF.

    Comment se désengager de l'assurance maladie de la Sécurité sociale (régime des travailleurs non salariés non agricoles) quand on est profession libérale ou travailleur indépendant ?

    1°) Lettre à adresser en recommandé avec avis de réception à l'organisme conventionné qui gère l'assurance maladie pour le compte de la Caisse d'assurance maladie des travailleurs non salariés non agricoles :

    Monsieur le Directeur,

    Usant des dispositions des lois n° 94-5 du 4 janvier 1994, n° 94-678 du 8 août 1994 et n° 2001-624 du 17 juillet 2001 transposant les directives européennes 92/49/CEE et 92/96/CEE qui sont applicables en France depuis le 1er juillet 1994, j'ai décidé de contracter une assurance maladie dans un autre pays de l'Union européenne que la France.

    Vous voudrez bien par conséquent noter que, de ce fait, je ne relève plus du régime de l'assurance maladie des travailleurs non salariés non agricoles.

    Veuillez agréer ...

    2°) Choisir un assureur agréé membre de l'Union Européenne ou ayant passé un accord avec celle-ci (ex : la Suisse)

    3°) Lettre à adresser en recommandé avec avis de réception à l'URSSAF dont on dépend :

    Monsieur le Directeur,

    Usant des dispositions des lois n° 94-5 du 4 janvier 1994, n° 94-678 du 8 août 1994 et n° 2001-624 du 17 juillet 2001 transposant les directives européennes 92/49/CEE et 92/96/CEE qui sont applicables en France depuis le 1er juillet 1994, j'ai décidé de contracter une assurance maladie auprès d'une société d'un autre pays de l'Union européenne que la France.

    Vous trouverez ci-joint une attestation de cette société établissant que je suis assuré pour la maladie auprès d'elle.

    J'ai donc l'honneur de vous demander de cesser de m'adresser des appels de cotisation de CSG et de CRDS, puisque j'en suis exonéré en vertu des dispositions de l'ordonnance du 2 mai 2001.

    Veuillez agréer ...

    Extrait de l'article « La Sécurité Sociale va-t-elle s'effondrer ? (Par David Valancogne)»

    « Certains lecteurs pourront me croire pessimiste, mais nous ne pouvons nous voiler la face : Il est maintenant illusoire de penser que la Sécurité Sociale puisse s'en sortir.

    Si elle réussi à se redresser, se sera au prix d'efforts surhumains : lourde restructuration, augmentation des cotisations sociales, autonomisation accrue des différents organes, et prestations sociales réduites au strict minimum. Face à la concurrence, se sera très difficile. Je ne crois donc pas à ce scénario.
    Le Gouvernement est pris entre une augmentation des cotisations CSG, CRDS, et un processus de diminution de prise en charge de risques, transférés vers les assureurs privés. Mais il arrivera un moment, où l'augmentation des cotisations sociales sera tellement insupportable, que les français partiront (par vagues successives) vers des assureurs privés pour s'en exonérer.
    De la même manière, les entrepreneurs qui supportent une grande partie des charges sociales, inciteront eux aussi leurs employés à contracter des assurances privées de peur que les cotisations n'augmentent encore.
    Néanmoins, le problème des pauvres reste entier. Ne pouvant cotiser, ils risquent de se retrouver sans assurance. Les gouvernements successifs ont négligé ce problème, voulant à tout prix maintenir "la sacro-sainte" Sécurité Sociale. La DRESS dans un rapport sur le système de santé des Etats-Unis soulignait que 11 millions d'américains étaient sans assurance maladie pour mieux le montrer du doigt (***). Mais face à l'aveuglement des pouvoirs publics, combien aurons-nous de français sans assurance ? Ce chiffre théorique est évalué à plusieurs millions, alors que notre population rapportée à celle des USA est 4 fois moins nombreuse (****) !
    Il devient pressant de mettre en place un fond de solidarité se substituant à la sécurité sociale, pour les pauvres, afin qu'ils puissent eux aussi cotiser à des assureurs privés comme nous.[...] »

    *****

    Extrait de l'article « Quitter la sécurité sociale? » (Par David Valancogne)

    « Quelle drôle de question pourront se demander certains : "Tout marche pour le mieux....Je suis remboursé....Pourquoi partir ?"
    Pourtant nous sommes bien obligés de cotiser à des mutuelles pour être mieux couverts alors que les cotisations sociales d'assurance maladie ne cessent d'augmenter.
    [...]
    Les cotisations sociales que nous versons sont plus élevées que les primes des assureurs privés pour une couverture équivalente. Autrement dit, les prestations offertes par les assureurs privés sont meilleures à prix égal.
    Même un couple de smicards a intérêt à quitter l'Assurance Maladie...

    Cette incitation pourrait être amplifiée par "le phénomène de gonflement du salaire". En effet, un salarié qui opte pour une assurance privée, va toucher son salaire intégral. C'est à dire le salaire brut ainsi que les cotisations sociales patronales. L'effet psychologique positif est évident, même si une partie de cet argent récupéré servira à payer les primes d'assurance. De plus, la part non utilisée offrira une augmentation immédiate du pouvoir d'achat aux français. Il y aura donc en réalité deux effets psychologiques. Une communication efficace sur cet aspect du problème
    pourrait avoir un impact considérable sur la population française.

    Il faut ajouter à cela, les décisions prochaines du gouvernement. Elles pourraient bien peser encore plus sur ces effets positifs. Si le Gouvernement Raffarin décide une augmentation de la CSG et de la CRDS, cela pourrait accentuer le phénomène de départ. Car comme nous l'avons vu plus haut, l'adhésion à un assureur privé entraîne l'arrêt du versement aux contributions obligatoires.[...] »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SavageBeast
Le Grand Lumineux
avatar

Messages : 1341
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 52
Localisation : Bordurie Orientale - Gagaouzie - Poldèvie - Transnistrie - Chorizie

MessageSujet: Re: Vaccin h1n1   Ven 23 Déc - 21:33

On s'enfout ! On est trop nombreux sur la planète, et une bonne pandémie résoudra le problème. De plus, ce sont toujours les secteurs à forte vaccination qui sont les foyers les plus virulents !

Laissons faire notre corps, qui est une merveille de technologie biologique s'adapter aux menaces extérieures. On ne fait qu'une chose actuellement, l'affaiblir !

Za pluche ! Urgh !

_________________
никто кроме нас !
"Un bon mort-vivant est un mort-vivant mort ! Enfin, faut plus qu'il bouge quoi, comment vous expliquer..."

Règle 1 : Jamais de noms.
Règle 2 : Ne jamais changer le deal.
Règle 3 : Ne jamais ouvrir le colis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loupiotesaddict.pro-forums.fr
DEMONEX
Li-Io Vs. NiMh !
avatar

Messages : 657
Date d'inscription : 15/02/2011
Age : 41
Localisation : Dordogne

MessageSujet: Re: Vaccin h1n1   Lun 2 Jan - 14:53

SavageBeast a écrit:
On s'enfout ! On est trop nombreux sur la planète, et une bonne pandémie résoudra le problème. De plus, ce sont toujours les secteurs à forte vaccination qui sont les foyers les plus virulents !

Laissons faire notre corps, qui est une merveille de technologie biologique s'adapter aux menaces extérieures. On ne fait qu'une chose actuellement, l'affaiblir !

Za pluche ! Urgh !

Mille fois d'accord
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laserpointerforums.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vaccin h1n1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vaccin h1n1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le vaccin H1N1 , une histoire de gros sous ?
» vaccin????
» Le vaccin contre la rage est-il obligatoire?
» Vaccin contre la piroplasmose: renseignements
» VACCIN OU SERUM....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LoupiotesAddict :: La Cave :: Méli-Mélo-
Sauter vers: